[Terminé] Campagne D&D 4 - Les Légendes de Démétaire

Le retour de la grosse campagne D&D qui envoie du steak de Dragon.

Modérateur : Lord Kntrack

Avatar de l’utilisateur
Lord Kntrack
Membre du comité
Messages : 866
Inscription : 02 mars 2005 23:26
JDR masterisés : D&d 4, Mekton Z et Hollow Earth Expédition

Message par Lord Kntrack » 29 mars 2011 17:43

Ben c cool si vous vous êtes bien amusé...Dès que le résumé sera en ligne on clôturera la saison une
On ne dit pas Richelieu mais Sympa la baraque

http://kntrack.labrute.fr

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 17 mai 2011 17:52

S01 EP11 : Epilogue (Partie 1)

Lentement la silhouette s'avançait, même ses ses pas semblaient ralentis afin de nous intimider. Autour d'elle, l'aura sombre semblait s'étendre, tentant de nous envelopper pour mieux étouffer la moindre trace de lumière que nous représentions. L'atmosphère devenait plus pesante à chaque seconde. Je n'ai eu aucun doute sur la magie qui entourait notre adversaire : la nécromancie transpirait de tout son être.
Puis la silhouette s'arrêta. Doucement, elle leva les mains et avec un geste d'une lenteur calculée, ota la capuche qui cachait son visage. Derrière elle, le fauteuil de l'Impératrice était vide : la silhouette avait réussi à détourner notre attention assez longtemps pour permettre à la souveraine de fuir...
Le fait de réaliser ceci me fit l'effet d'une claque. Cette mise en scène judicieusement préparée avait atteint son but.
Entre temps, la silhouette avait enlevé sa capuche. Devant nous se dressait une jolie humaine. Nous la reconnûmes immédiatement : il s'agissait d'Enéole, l'apprentie de Nicolai (ce qui explique tous les ennuis qui ont eu lieu chaque fois que nous étions chez lui).

S'apercevant que certains d'entre nous n'étaient plus subjugués, elle dégaina une épée dont la lame semblait forgée dans des ténèbres plus noires que la nuit.
Immédiatement, quatre portails de téléportation se sont ouverts dans la pièce. De chacun d'entre eux sortit un démon immense. Raphael nous jeta :
- Ce sont des cambions, méfiez vous !
C'est ce moment qu'Enéole choisit pour se jeter sur nous. Malheureusement pour elle, elle ne réussit jamais à nous atteindre. Autour de nous, l'air sembla s'épaissir. Du sable semblaint s'écouler des murs, se substituant au sang qui coulait encore quelques minutes auparavant. Puis, ce qui ressemblait à un léger courant d'air se muait en une féroce tornade, soulevant le sable et le projetant contre les démons et maintenant la nécromancienne à distance. Alors que notre vision était gênée par la tempête de sable, un éclair aveuglant frappa le démon le plus proche suivi de très près par 2 flèches dont je reconnus l'empennage. Un rapide coup d'oeil me renseigna sur les nouveaux arrivants : Dubravko, Wolf et Océane escortaient une naine portant une armure de Séréna en pleine concentration. Galinndan laissa s'échapper une cri de satisfaction :
- Khéro !

Mais Enéole avançait de nouveau. C'était à mon tour de jouer. L'instant d'après, l'humaine était emprisonnée dans ma main de Bigby, toutes ses mauvaises intentions furent taillées en pièces par mes compagnons, comme le furent les démons qui se dressaient sur notre chemin.

Alors que nous baissions nos armes, Khéro se dirigea vers Raphael et hurla :
- Toi, rends moi cette épée que tu portes et que tu as volé au temple de Séréna.
Raphael, d'abord abasourdi (comme nous tous d'ailleurs) rétorqua :
- Mais... cette arme, c'est la mienne !
- Arrêtez vous conneries, je suis la gardienne de cette lame et je vais devoir vous tuer si vous n'obéissez pas.
La colère commençait à monter du coté de notre archange. Galinndan s'interposa pour expliquer qui était notre ami et ce n'est qu'au prix de longues explications que la naine consentit à baisser son trident.

Raphael, conscient de devoir quelques explications nous raconta ce qui s'était passé juste avant notre départ de Thrèbes. Il s'était rendu au cimetière pour y rencontrer KnTrack, Hurlu et Berlu. KnTrack lui avait annoncé que Khéro avait terminé sa formation et qu'elle était prète à endosser une armure chromatique. Le forgeron chevalier de Séréna lui demanda aussi une dernière faveur, celle que tous 3 soient libérés de leur serment après les nombreux siècles de bons et loyaux services rendus à la fille de Déméter. Ce que l'archange accepta.

Khéro poursuivit le récit pour la partie qui la concernait :
Elle nous narra comment elle avait eu un soir la visite de son mentor et de ses assistants. KnTrack lui apprit qu'il terminait son service auprès de Séréna et qu'elle, Khéro, serait dorénavant la gardienne des armures chromatiques et de l'Epée de l'archange Raphael. Elle formerait la relève du vieux forgeron. Avant de partir, celui-ci lui donna moults renseignements sur ce qu'étaient les armures. Ces artéfacts avaient été fabriqués par Raphael lui-même et étaient au nombre de 4. Malheureusement ces reliques n'étaient destinées qu'aux âmes les plus pures car elles avaient la malédiction de corrompre à petit feu leurs porteurs. Chacun des 3 tendit alors son médaillon à la naine. Puis KnTrack ajouta :
- Voila nos 3 armures chromatiques.
Inquiète, Khéro osa la question qui lui vint alors :
- et où est la quatrième ?
- La quatrième, l'armure chromatique blanche est perdue. Personne ne sait qui en est le possesseur à l'heure actuelle.
Libérés de leur charge, ils s'en furent. Mais avant de franchir la porte, KnTrack se retourna et dit à notre amie :
- Tu dois te rendre a Marmo et rejoindre les Tonnerres
Puis le vieux forgeron disparut lui aussi.

Khéro, assomée par la tristesse de la séparation, se sentait abandonnée par son mentor alors même qu'une mission impossible se dressait devant elle. Néanmoins, sa détermination reprit vite le dessus. Sur la route, elle croisa Océane et Wolf qui revenaient du front nord et qui se rendaient aussi à Marmo pour l'assaut final. Lorsqu'Océane se présenta, Khéro eut la même réaction que les autres Tonnerres lors de leur première rencontre avec la fille de Déméter : elle dégaina son trident !
Devant les yeux blasés d'Océane, Wolf consentit à fournir les explications.
A leur arrivée à Marmo, les 3 compagnons ont été accueillis par une femme qui les a guidé jusqu'au palais ou ils ont rejoint Dubravko non loin du passage que nous avions emprunté quelques heures avant. Bizarrement, aucun des 3 ne se souvenait de leur guide...


Devant nous, les cadavres encore fumants des démons nous rappelèrent l'urgence de notre mission. Le cadavre d'Enéole semblait s'être dissout. Wolf nous indiqua une fissure dans le mur du fond. Très vite, Galinndan trouva le mécanisme d'ouverture d'un passage secret. Lorsque la porte s'ouvrit, une odeur méphitique nous agressa les narines. Il était évident que cette pièce devait contenir des cadavres. Prudemment, nous nous sommes engagés dans le couloir. L'odeur se faisait de plus en plus forte au fur et à mesure que nous progressions, et le passage de plus en plus étroit. au bout d'un dernier couloir étroit, nous avons pu apercevoir une lumière rougeâtre come celles de flammes dansantes sur un mur. La lumière venait d'une immense salle au sol de laquelle un gigantesque pentacle était gravé. Au milieu, se trouvait un goufre dont on ne distinguait pas le fond. Du fond du goufre montait une colonne en laiton au centre exact du pentacle. A chaque pointe du pentacle, se trouvait une vierge de fer de laquelle s'ecoulait du sang. On pouvait entendre des sanglots à l'intérieur mais la libération des prisonniers n'était pas possible car leur coeur battait à l'extérieur de l'instrument de torture et ils n'étaient maintenus en vie que par le rituel qui les liait au pentacle. Le coeur serré, nous avons mis fin à leurs souffrances.

Une rapide inspection du pentacle me permit d'affirmer qu'il manquait une sphère qui servait à recueillir l'energie nécromantique du rituel. Atlaxar avait donc encore de l'avance. De leur coté, mes compagnons ont découvert une autre pièce secrète où ils ont trouvé des parchemins de nécromancie (que je me suis empressée de transformer en résidium), près de 100 kg d'or, un cube dont les faces étaient de petits carrés de couleurs métalliques (aussi dans mon sac sans fond et que j'analyserai plus tard) ainsi que le plan d'un temple ancien. Raphael reconnut immédiatement le temple : c'était un lieu saint en ruines, celui ou les archanges apparaissent quand ils foulent les terres de ce monde.

Dehors, la bataille semblait s'être calmée. Le palais semblait vidé de ses défenseurs. La dernière bataille opposait les heaumites au tempusiens pour savoir quel culte verrait en premier son étendard flotter au dessus du bastion ennemi. Une fois encore, Galinndan posa l'étendard de Tempus sous les yeux déçus des adorateurs de Heaume...

Raphael semblait en proie à une agitation que je ne m'expliquais pas. Brusquement, il cria :
- Venez, le temps presse. Ce n'est pas encore terminé.
Puis il se mit à dévaler l'escalier devant nous et se précipita vers la basse ville. Alertés par l'urgence qu'on sentait dans sa voix, nous nous sommes précipités à sa suite. Nous ne mîmes que quelques minutes à atteindre la plage où nos navires avaient acosté. Raphael discutait déjà avec Dame Marchelune. Celle-ci n'émit aucun commentaire lorsque notre ami lui demanda d'ouvrir un cercle de téléportation vers un lieu qu'il lui indiqua.

Deux minutes après, nous nous trouvions tous devant les ruines du temple dont nous avions trouvé le plan. La fatigue se faisant sentir, Raphael nous ordonna de boire l'eau d'une vieille fontaine située à proximité. A peine avais-je trempé mes levres dans l'eau que je me suis sentie ravigorée comme si je venais de passer une bonne nuit de sommeil.
Raphael s'était déjà avancé vers l'escalier qui descendait dans le temple. Les marches donnaient directement dans une vaste grotte. L'endroit respirait la magie. Le point culminant en était un sarcophage au milieu de la grotte. Il en émanait un mélange de magie divine et arcanique. En m'approchant je pus distinguer uen chainette en argent tout autour du sarcophage. Une large inscription sur le dessus du sarcophage disait : "Ci gît Maître Worth, Immortel du Conseil des Mages de Thrèbes". Mon sang ne fit qu'un tour. Celui qui a failli me faire déchirer le voile de la magie, obligeant Mystra elle-même a intervenir, avait réussi a fuir ma vengeance.
De colère, j'arrachai la chainette et j'ouvris le sarcophage afin d'être sûre qu'il gisait dedans. A l'intérieur, un corps embaumé qui ressemblait à ce que j'avais de souvenir de l'Immortel. Ses mains étaient croisées sur sa poitrine et il tenait un sceptre surmonté d'un phénix : le sceptre d'Océane dont Demeter nous a parlé. D'abord intimidée, Océane s'est approchée et a pris le sceptre. A peine avait-elle touché le sceptre que l'oiseau de feu s'anima, reconnaissant sa véritable propriétaire.

Il était temps. Un bruit dans l'escalier nous fit nous retourner. Devant nous, plusieurs Cambions nous barraient le passage, sans doute pour récupérer le sceptre d'Océane. Une nouvelle fois il nous fallut tirer les armes. Cette fois-ci pourtant tout ne s'est pas passé comme prévu. L'armure de Khéro a réagi différemment, l'empêchant de lancer ses sorts de soin aussi efficacement que d'habitude. De son coté, Océane semblait souffrir de chaleur alors que la température nous paraissait normale. Puis brusquement, Raphael poussa un hurlement de rage. Son corps s'illumina et lorsque la lueur aveuglante s'évanouit, à la place du Déva que nous connaissions se dressait une créature céleste : un archange. L'instant d'après, Raphael se précipita vers l'escalier, balayant les démons qui tentaient de l'arrêter pour enfin se retrouver devant Atlaxar le Balor.
Celui-ci eut un sourire terrifiant :
- Raphael, enfin te voilà. C'est la dernière fois que tu te mets sur mon chemin !
Dernière modification par Malefiss le 06 juin 2011 14:27, modifié 1 fois.
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Avatar de l’utilisateur
Lord Kntrack
Membre du comité
Messages : 866
Inscription : 02 mars 2005 23:26
JDR masterisés : D&d 4, Mekton Z et Hollow Earth Expédition

Message par Lord Kntrack » 17 mai 2011 19:46

Gloire a malefiss
On ne dit pas Richelieu mais Sympa la baraque

http://kntrack.labrute.fr

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 16 juin 2011 4:33

Epilogue (Part 2)

N'ayant jamais vu un archange en colère, je peux vous assurer que la vision n'a rien de rassurant, surtout pour un tieffelin... Epée au clair, Raphael s'est jeté sur le balor qui levait sa lourde lame sombre pour parer. Les armes s'entrechoquèrent dans un vacarme terrifiant. A chaque coup paré ou dévié, un grondement tonitruant retentissait, exprimant la haine qui existait entre les 2 protagonistes. Chaque fois qu'une des lames sifflait dans l'air, il me semblait que le vent lui même tentait de se mettre à l'abri. Chacun des coups aurait mis à mal la plus puissante des protections érigée par un humain.

Je jetai un oeil à mes compagnons. Eux aussi semblaient subjugués par le combat titanesque qui venait de commencer juste là. Aucun n'essayait d'esquisser le moindre geste. Nous étions paralysés par ce combat entre 2 êtres immenses venus d'un autre monde, par notre sentiment d'être insignifiants face à la puissance qui se dégageait de l'archange et du démon. Petit à petit, le démon sembla prendre le dessus. D'abord de façon insignifiante puis petit à petit il creusa son avantage. Il paraissait reculer, comme ébranlé par les coups de boutoir de l'archange puis brusquement, d'une botte vicieuse blessait notre ami, provoquant de sa part un nouvel accès de fureur qui à nouveau lui faisait baisser sa garde.

Si le combat continuait ainsi, l'issue en était malheureusement prévisible. Galinndan semblait s'en être apperçu aussi. Il tira son épée qui flamboyait de plus en plus et chargea en poussant un cri de guerre, très vite imité par Khéro et nos autres amis. Océane semblait souffrir. Elle était en nage et pourtant il ne faisait pas si chaud...

Le combat ne dura que quelques instants mais chacun de ces instants nous sembla une éternité. Mais lorsque le démon, transpercé par l'épée de mon fiancé, baissa sa garde pour tenter de punir l'insolent, Raphael lui trancha la tête d'un coup puissant. Cette dernière roula jusqu'au pied de la Fontaine de Vie désormais corrompue par le sang d'Atlaxar. L'archange s'éleva alors de quelques mètres et nous regarda. Progressivement, il se nimba d'une aura lumineuse avant de parla d'une foix forte :
- mes amis, ma tâche est maintenant accomplie. Je vais retourner sur le plan de la création.
Il s'adressa à chacun de nous à tour de rôle :
- Galinndan, va et suis les préceptes de ton coeur car eux seuls sauront diriger ta lame pour ce qui est juste. Khéro, accomplis ton destin et sois le gardien des armures. Wolf le rodeur, puissent les bois te porter vers ton futur et enfin t'apporter la paix à laquelle tu aspires tant. Toi, Dubravko, puissant parmi les puissants orcs, vis et montre que personne n'est jamais diminué par son sang si ses actes sont grands. Océane, fille de Demetaire, je ne puis te révéler l'avenir car il n'est point encore écrit...
La majesté de la créature céleste me faisait me sentir toute petite, lorsqu'elle posa son regard bienveillant sur moi :
- Oriana, créature infernale et pourtant mon amie, sache que je ne t'oublierai point.

Petit à petit, l'archange s'éleva, son aura lumineuse irradiant dans le crépuscule. Alors qu'il n'était plus qu'une étoile brillante au firmament, nous entendîmes tous les dernières paroles de notre ami :
- Allez accomplir votre devoir comme j'ai accompli le mien et ne soyez pas tristes car nous nous reverrons surement, mes amis...
Nous avions tous le coeur rendu lourd par le depart de celui qui voyageait en notre compagnie depuis de longs mois.

Brusquement Oceane cria de douleur. D'un seul mouvement, nous nous sommes retournes vers la paladine. Nous n'etions pas encore au bout de nos surprises. La journée nous en réserva une dernière. Sous nos yeux, de petits feux prirent un peu partout sur l'armure de notre amie. Avant que nous n'ayions eu la possibilité de faire le moindre mouvement, elle s'enflamma. Quelques secondes après, la flamme changea de forme. Alors qu'il ne restait d'Oceane qu'une silhouette incandescente, celle-ci étendit ses bras, repoussant un mur invisible de chaque coté de son corps. Les flammes semblaient tomber de ses bras mais sans jamais toucher le sol. Petit à petit, ce qui fut sa tête ne fut plus qu'une ombre brûlante. Puis la silhouette ramena ses bras le long de son corps, presqu'au ralenti. Lorsque ses mains touchèrent ses jambes, elle se consuma complètement sous notre regard horrifié.
La scène n'avait duré que quelques secondes. L'horreur se voyait sur les visages de mes compagnons. Puis les flammes grandirent à nouveau et une boule de feu jaillit pour s'élancer dans le ciel. Lorsqu'elle fut assez haut, elle se métamorphosa en un oiseau majestueux. Des ailes de feu se dessinaient dans le ciel et une rémanence de vives flammes attestaient de son passage. Devant nos yeux ébahis, nous venions d'assister à la naissance d'un phénix... Non, c'était même encore bien plus incroyable que ça : devant nos yeux, Oceane s'était transformée en phénix.

L'oiseau de feu fit un dernier tour au dessus de nous puis partit vers Thrèbes.

Il m'a fallu de longues heures de recherche et d'interrogations de témoins divers et variés pour pouvoir vous décrire ce qui suit :
Le phénix est arrivé au dessus de Thrèbes juste avant l'aube qui a suivi le combat avec Atlaxar, soit moins de 5 heures pour faire un voyage qui nous a pris plus de 3 mois. Certains spectateurs m'ont raconté qu'il était arrivé juste au bon moment, c'est à dire au moment même où Nars le noir s'appretait à fondre sur la ville des Immortels. Le phénix s'était posé devant les portes de Thrèbes et s'est transformée en une humaine en armure étincelante. Dans sa main, un sceptre de flammes était levé vers le dragon qui avait juré de détruire cette ville. Lorsque l'ennemi chargea, Océane (car nous savions tous que c'était elle) le terrassa d'un seul geste. Alors que le sombre seigneur rendait son dernier soufle, Oceane lui demanda :
- Où est Evangelia ?
Derrière elle, une voix lui répondit :
- Je suis là ma soeur...
Puis Evangélia leva son sceptre et se prépara à frapper.
Interdite, la paladine répliqua :
- Mais, je croyais que tu protégeais Thrèbes ?
- Non ma soeur, je protège le Pacte
Puis elle abattit son arme. Oceane leva son propre sceptre et tenta de parer le coup. Au moment même où les deux sceptres se sont touchés, une énorme déflagration eut lieu, détruisant près de 20 % de la ville.

Une fois de plus, une partie de la prophétie se réalisait... "Et je vis l'erreur de me dresser contre ma propre soeur..."
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Avatar de l’utilisateur
Lord Kntrack
Membre du comité
Messages : 866
Inscription : 02 mars 2005 23:26
JDR masterisés : D&d 4, Mekton Z et Hollow Earth Expédition

Message par Lord Kntrack » 16 juin 2011 7:16

C cool merci
On ne dit pas Richelieu mais Sympa la baraque

http://kntrack.labrute.fr

Avatar de l’utilisateur
Chazam
Membre de l'asso
Messages : 836
Inscription : 30 janv. 2009 21:08

Message par Chazam » 16 juin 2011 12:01

il ne manque plus que la fin :) merci Pierre ! mon calvaire prend peu a peu fin lol
Taxidermiste spécialisé en dragon

l'Intelligence c'est comme les sandales elfiques quand on en a pas on s'ecrase !!!

Un bon Thunk est un Thunk mâchouillé par mon Chagar.

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 18 juin 2011 13:53

Epilogue (Partie 3) : Le réveil d'Océane :


Océane s'est réveillée dans une chambre sombre. Les persiennes laissaient filtrer de petits rais de lumière, révélant un soleil éclatant à l'extérieur.
Sur le lit voisin, Evangélia gisait, toujours endormie. La paladine s'habilla et sortit de la chambre. Elle ignorait combien de temps elle était restée inconsciente. Elle explora le couloir en restant sur ses gardes, à l'affut du moindre bruit. Arrivant à une porte, elle entendit des bruits de pas de l'autre coté. Après une dernière hésitation, elle posa sa main sur la poignée et poussa. De toute façon, quel autre choix aurait-elle bien pu avoir ? Devant elle, une immense salle à manger, tous couverts dressés, et une superbe humaine aux cheveux noirs lui tournait le dos.
- Bonjour Océane, voila bien longtemps que nous ne nous sommes plus rencontrées, non ?
L'humaine se retourna vers notre amie, la paladine s'apperçut que ses traits lui étaient familiers.
- Viens prendre place et restaure toi. Tu as besoin de reprendre des forces après l'épreuve que tu viens de passer;
La paladine prit une chaise et s'assit. Elle se servit un morceau de gigot encore chaud et quelques légumes. Un couteau à viande bien acéré attira son regard. Elle suivit l'humaine des yeux et la regarda gagner sa place. Au moment même ou cette dernière lui tourna brèvement le dos, Océane subtilisa le couteau et le glissa dans sa manche.
- Au moins, j'ai une arme maintenant... pensa-t-elle
La femme s'assit en bout de table et regarda notre amie. Son regard inquisiteur semblait fouiller jusqu'aux tréfonds de son âme. Impassible, la paladine soutint son regard, évaluant la distance qui les séparait afin de la parcourir le plus vite possible, voire de lui lancer le couteau acéré qu'elle venait de recupérer si l'inconnue révélait des intentions hostiles.
- Qui êtes-vous ? Et ou suis-je ?
La femme esquissa un sourire mystérieux. Derrière la paladine, la porte s'ouvrit à nouveau, laissant apparaitre Evangélia, les traits toujours tirés.
- Bonjour Evangélia, te voila enfin réveillée... Viens donc t'assoir avec nous.
Evangélia prit une chaise et s'installa, elle aussi sur ses gardes, observant à tour de rôle leur hôte et Océane. Océane qu'elle avait sauvé quelques mois plutôt d'une explosion lorsqu'elle avait voulu faire sauter les scellés de son esprit. Cette même soeur qu'elle avait affronté pour tenter de sauver le Pacte qui lui avait déjà tant coûté.
Océane gardait elle-aussi l'esprit vif. Elle était potentiellement assise avec deux ennemies dont elle ne doutait pas de la puissance.
La tension montait perceptiblement. L'humaine s'éclaircit la voix et dit en souriant :
- Je vous salue mes soeurs, je suis Karla. Vous êtes ici chez moi, dans mon manoir

Evangélia comme Océane furent surprises par cette révélation. La paladine réfléchissait à toute vitesse. Tout semblait coller. Les traits familiers étaient ceux des filles de Demeter. Il n'y avait pas de doute à avoir la dessus. Karla ! Elle était l'une des ennemies de Thrèbes dans le conflit. Enfin, c'est ce que prétendaient les Tonnerres de Tempus. En même temps, ils s'étaient trompés aussi son son propre compte... D'où tenaient-ils leurs informations ? D'une autre prophétie, non ? Il était toujours difficile de tirer des informations fiables de ce genre de sources ou de les interpreter correctement...

Karla continua :
- J'ai été obligée de vous ramener ici toutes les deux pour pouvoir vous sauver. Vous étiez toutes les deux mal en point car vous avez commis un sacrilège. Les filles de Demeter ne doivent s'affronter en aucun cas...
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 18 juin 2011 13:56

Epilogue : (Partie 4)

Après une nuit (déjà fort avancée) de repos, nous nous sommes mis en route pour Thrèbes. Ces trois mois nous semblaient interminables. Nos pensées étaient partagées entre notre inquiétude pour Océane et l'appréhension due au fait que le Sombre Seigneur risquait de fondre d'un joue à l'autre sur la ville dont il avait juré la perte. L'absence de Raphael semblait peser plus lourd que je ne l'aurais cru dans le coeur de Galinndan.

Lorsque nous sommes arrivés en vue de la ville, le premier apperçu nous glaça le coeur. Malgré la distance, nous pouvions distinguer les ruines de certaines parties de la ville. Le Conseil des Mages et le Palais étaient encore debout. La haute ville avait souffert, mais rien ne semblait irréparable. La basse ville en revanche semblait avoir paye un lourd tribut. Galinndan formula à voix haute les paroles qui nous obsédaient tous :
- Sommes nous arrivés trop tard ?
Puis, promenant son regard calculateur sur le paysage qui s'étendaient devant nous, il ajouta :
- Hâtons nous, tout n'est pas encore perdu, Thrèbes n'est pas encore tombée.

Wolf partit en éclaireur, monté sur son griffon alors que nous poussions nos montures vers leurs limites. Blabla lui-même semblait ne plus rien avoir a dire (si tant est que ceci soit possible...).
Lorsque nous sommes arrivés en vue des portes de la ville, nous pouvions enfin voir l'ampleur des dégats. La basse ville et les murailles étaient partiellement détruites. Certains quartiers avaient été complètement rasés. Les fortifications de la Haute ville semblaient avoir rempli leur mission. De longues lézardes parcouraient les défenses et moults bâtiments mais rien de plus grave ne semblait être arrivé...
Wolf revint, suivi par un peloton de gardes griffons. Les portes s'ouvrirent, laissant passer un groupe de cavaliers lourdement armés portant l'étendard de la Confédération. Les griffons tournaient au dessus de nous dans une danse qui ressemblait plus à une parade qu'à une patrouille militaire. Ralentissant notre rythme, nous avancions vers la troupe qui nous attendait devant la ville. Nous avons mis nos montures au trot et dans un silence surnaturel, les cavaliers s'écartaient devant nous, formant deux lignes de part et d'autre de notre groupe. C'est ainsi escortés que nous sommes entrés dans la ville. Nul n'avait dit le moindre mot. Seuls le bruit des sabots ferrés sur les pavés brisaient le silence. Il n'y avait personne dans les rues. La basse-ville était dévastée...
Une seule pensée me traversait l'esprit :
- trop tard... nous sommes arrivés trop tard...
Je jetais un oeil à mes compagnons.
Galinndan semblait détaché de tout, son visage n'exprimant aucun sentiment. Dubravko fulminait, ses scarifications brillaient et prouvaient qu'il était prêt à laisser libre cours à sa colère. Khéro semblait abattue. Des larmes coulaient lorsqu'elle parcourait les ruines du regard.

Une nouvelle porte fortifiée s'ouvrit devant nous et nous entrâmes dans la haute ville. La population de Thrèbes semblait s'être donné rendez-vous ici. Le silence règnait toujours mais les regards se posaient tous sur nous. La population s'écartait sur notre passage sans un bruit. Au loin, quelqu'un commençait à jouer un air avec un cor. Brusquement, des trompes commencèrent à retentir. L'instant d'après tout sembla avoir changé. Des fanions apparurent aux fenêtres. La foule hurla des vivats et des cris d'encouragements. Il semblait que tout le monde se laissait aller à des explosions de joie.
Thrèbes était en fête et nous en étions les héros. La fanfare et la fête ressemblait beaucoup à celle qui avait eu lieu à l'arrivée de Néséos après sa longue absence

Bizarrement, alors que nous aurions dû nous sentir flattés, nous restions tous impassibles, ne laissant qu'un mince sourire sur nos visages éprouvés. Devant le palais, le Prince Kashew nous accueillit lui-même avec un large sourire :
- Mes amis, soyez les bienvenus à Thrèbes. Venez, il nous faut parler. Ensuite vous pourrez vous restaurer au festin préparé en votre honneur.

Kashew nous emmena dans son bureau. Lorsque la porte se fut refermée derrière nous, Galinndan le questionna :
- Qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce qui a pu faire tant de dégats à Thrèbes ?
Kashew écarta les bras et haussa les épaules :
- Personne ne le sait. Il y a environ 3 mois, Nars, le Sombre Seigneur est arrivé à l'est. Il a fait un premier passage au dessus de la ville, sans doute pour jauger les forces en présence. Puis il s'est posé sur la colline au nord pour préparer son attaque. Puis une énorme boule de feu est tombée juste a coté du dragon. Un horrible rugissement a retenti dans la nuit puis quelques secondes plus tard, un bruit tonitruant a retenti, comme lorsque deux épées s'entrechoquent violemment. Le bruit était clair comme si un combat avait eu lieu à quelques mètres. Puis il y eut une lumière aveuglante suivie d'une explosion extraordinaire. Personne n'avait jamais entendu parler d'une telle déflagration.
- Combien de pertes à Thrèbes ?
- environ deux cent mille personnes sont mortes ou portées disparues et vu l'étendue des dégats de l'explosion, on peut dire que nous avons eu de la chance...
Puis après un court silence, le prince ajouta :
- C'est aussi ce jour-là qu'Evangélia a disparu. Personne, pas même Néséos n'a eu de nouvelles d'elle depuis.
Galinndan, toujours impassible, demanda alors :
- Et Marmo ?
- Marmo n'est plus une menace maintenant. L'empire n'a plus d'armée et nous avons signé la paix la semaine dernière, ou plutot leur rédition. Nous avons néanmoins essayé d'établir un traité de paix relativement juste pour ne pas les écraser, afin qu'ils puissent reconstruire. Marmo a subi de très lourdes pertes, bien plus que Thrèbes malgré l'explosion et ceci grâce à vous.
En repensant à l'explosion, et surtout à la boule de feu qui était tombée devant Nars, j'eus l'intuition que c'est Océane qui a arrêté le dragon. Quelque part en moi, je savais que notre amie était vivante quelque part et cette pensée me rejouissait le coeur.

En sortant du bureau, le Prince Kashew nous adressa chaleureusement une nouvelle fois les remerciements de la part de toute la Confédération. Dubravko était attendu par un groupe d'orcs habillés de façon fort solennelle. Ceux-ci l'emmenèrent vers l'endroit qui était devenu grâce à notre ami "l'ambassade" du peuple orc a Thrèbes. Là, notre ensorceleur devint un héros du peuple orc et aussi le représentant officiel de la nation orc dans la Confédération.
Galinndan de son coté partit vers le temple de Séréna à qui il rendit son médaillon. Séréna accepta le médaillon et libéra mon fiancé de son serment. Ensuite, mon bel eladrin envoya un ultimatum au Comte de Thrèbes pour que celui-ci quitte la ville pour partir en exil car c'est en partie sa lâcheté qui avait mis en danger la grande cité.

Wolf, Khéro et moi, nous nous sommes dirigés vers le lieu de l'explosion, l'endroit où était tombé la boule de feu et ou avait eu lieu l'affrontement avec le Sombre Seigneur. Nous avons trouvé sans mal le lieu précis d'où tout était parti. La terre était complètement vitrifiée sur des dizaines de mètres autour de nous. Des fragments d'os complètement calcinés du grand dracosire étaient visibles. Il semblait que personne n'avait osé s'en approcher. Malheureusement, il n'y avait pas de trace d'Océane, ni de ses restes...
J'ai analysé les résidus magiques et j'ai pu détecter les restes d'une très puissante aura arcanique. Ce qui me semblait curieux, c'est que cette aura était floue, comme brouillée par quelque chose. Une étude plus poussée me permit de conclure que l'aura arcanique avait été comme emmêlée dans une autre magie dont il ne restait maintenant plus que des traces fugaces. Je pris quelques notes et je décidai de repartir pour Thrèbes afin d'envoyer un message à ma maitresse pour obtenir de plus amples explications. Après un bref échange de messagees magiques à l'université des Mages, Maelle me révèla qu'elle ne savait pas exactement ce qui s'était passé lors de l'explosion, ni quelle était la magie qui floutait l'énergie arcanique résiduelle. Elle n'avait pas non plus eu de nouvelles ni d'Evangélia, ni même d'Océane. En revanche elle m'apprit que des choses graves et inquiétantes étaient en cours, bien plus graves que la disparition d'une de ses soeurs. Ceci me troubla... Nous n'étions peut être pas encore sortis de l'auberge...

Wolf et Khéro décidèrent de rester pour explorer les environs. Khéro m'a raconté par après ce qui leur était arrivé :
Wolf avait trouvé une piste curieuse qui semblait s'éloigner de l'endroit de l'explosion. Tous les deux ont donc décidé de la suivre à travers ce qui restait de forêt jusqu'à une clairière. Là, une humaine est apparue. Elle a levé une étrange pierre brillante et a crié : "Je n'ai pas d'autre choix !" puis mes compagnons ont perdu connaissance. Khéro est revenue à elle mais Wolf gisait sans vie à ses cotés. Près de lui Spidy, le compagnon animal de notre ami, l'avait rejoint dans l'au-delà. Les larmes aux yeux, la naine avait exécuté un rituel de préservation des morts pour notre rodeur puis elle avait porté le corps jusqu'à la ville où Galinndan et moi l'avons rejoint.
Nous nous sommes partis pour le temple de Kelemvor afin de ressusciter Wolf. Malheureusement, le rituel échoua. D'après les prêtres, il semblerait que l'âme de notre ami n'avait pas rejoint le royaume des morts et que comme il n'était pas réellement mort, il ne pouvait pas revenir...

Le coeur lourd, Khéro et moi avons suivi Galinndan pour terminer une dernière tâche. Nous sommes tous 3 sortis de la ville puis montés au sommet d'une colline située à l'est et nous nous sommes arrêtés devant un immense rocher. Là, Galinndan a sorti la grande épée, l'a prise à deux mains et l'a planté dans le roc jusqu'à la garde et criant :
- Michel, je te rends ton épée. Reprends la car elle a rempli sa mission.

Puis nous nous sommes dirigés vers une clairière un peu plus loin où j'ai fait un petit feu pendant que le maitre de guerre ramenait un peu de gibier et tous 3 nous avons mangé en mémoire de Wolf et de Raphael.
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 18 juin 2011 15:19

Epilogue : (Partie 5)

Quelques jours plus tard, le Prince Kashew annonça publiquement que sa régence prendrait fin le lendemain soir lors de l'anniversaire de la Princesse Fiona qui marquerait aussi son investiture. Le prince respectait ainsi la parole qu'il avait donné a Galinndan 3 ans plutôt lors de la prise en charge de la régence de la confédération. Cette décision augmentait encore le respect que nous lui portions...

La ville était en effervescence pour les préparatifs. Et le grand soir fut vite arrivé.

Les Tonnerres de Tempus arrivaient au palais. Khéro portait l'armure brillante donnée par Séréna. Elle resplendissait et son aura faisait pâlir celles d'autres prêtres. A sa suite, Dubravko portait un ensemble cérémoniel culturel orc. Ses scarifications brillaient et attiraient tous les regards. Galinndan s'avançait a mon bras. Il portait une tunique noire avec des ornements dorés. Il émannait de lui une présence certaine, une présence qui réduisait les bavardages au silence à son passage. Moi-même, je portais une longue robe noire constellée d'étoiles, elle m'avait été fournie par Rachel. Ma longue chevelure blanche tombait sur mes épaules. Notre couple faisait forte impression. Derrière nous Rachel suivait au bras de son amoureux. Elle aussi avait opté pour une longue robe bleu nuit qui mettait en valeur ses fins traits éladrins.

Nous sommes arrivés à la tribune d'honneur. Le Prince Kashew nous accueillit avec un large sourire. A ses cotés, les chefs des différentes nations nous regardaient avec respect. A peine installés, le silence se fit. L'estrade s'illumina et la Princesse Fiona entra. Elle était sublime dans sa robe ivoire. Un petit diadème en diamants trônait dans sa chevelure blonde. Derrière elle, je pus apercevoir Linda, la fille aux cheveux blancs qui avait tenté de saboter notre mission chez les Génasis. Un frisson me parcourut, je pouvais distinguer dans l'ombre, la silhouette d'un immense minotaure. Je jetai un oeil a Galinndan qui me posa sa main sur le bras. Lui aussi avait vu...

La princesse s'avança et commença son discours :
"Mes chers compatriotes,

Je suis devant vous, car j’ai accepté la tâche que vous m’avez confié, une tâche commencé par mon père, celle de faire de notre confédération une très grande nation.

Hier encore nous étions en guerre contre un ennemi cruel, lâche et puissant. Hier encore nos hommes, nos femmes et nos enfants mourraient sous les coups d’un empire assujetti aux forces du mal. Mais cela est derrière nous. Le prince Kashew a signé, avant la fin de la régence, un traité de paix avec Marmo. Les heures les plus sombres de notre nation sont désormais derrière nous. Cette longue guerre, commencée bien avant ma naissance, se termine et marque ainsi une ère nouvelle.

Mais cela ne signifie pas que tout est finit. Mes chers compatriotes il va falloir rebâtir notre alliance. Il va falloir consolider les bases même de notre traité, et nous regrouper enfin sur une constitution solide afin qu’aucune force extérieur ne puisse nous faire chanceler. Nous devons être forts pour que nos enfants puissent vivre dans la prospérité.

Cette consolidation doit tout d’abord venir de l’intérieur. En effet le chaos ne peut pas avoir de place chez nous. Je ferai de notre nation un état de droits où chacun pourra vivre en sécurité. Avec les élus de chaque royaume, nous mettrons en place un ensemble de lois afin que chacun de vous puisse vivre dans la plus grande sérénité. Ainsi ma première mesure sera la mise en place d’une police fédérée, chargée de maintenir l’ordre et d’arrêter tous ceux qui voudront saper notre état et empêcher nos honnêtes citoyens de vivre en toute quiétude. Cette police sera constituée de personnes citoyennes de notre confédération et sera dirigée depuis un pouvoir centralisé ici à Thrèbes; un pouvoir constitué de chaque souverain des royaumes de la fédération."
Je ne voyais pas où elle voulait en venir. A nos cotés, le Prince Kashew fronçait les sourcils d'un air interrogatif. J'eus une mauvaise impression pour la suite

La princesse continua :
"Nous devons également établir un ordre spirituel. En effet, n’étant pas au pouvoir, je n’ai pu que constater le désastre. Désastre causé par notre manque de foi. Bien sûr je ne reporte pas la faute sur les différents cultes qui foisonnent dans notre pays. Leur contribution, pour certain a été importante voir décisive. Mais je ne cesse de me poser cette question. Ces dieux en qui ils croient, ces dieux dont ils nous prêchent l’existence, ces dieux si puissants que nous devons nous incliner et leur donner nos offrandes, ont-ils fait quelque chose pour nous sauver du chaos ? Où sont-ils ces dieux ? Se sont-ils contentés de nous voir nous faire massacrer ? Nous nous sommes sortis par nous même de cette tragédie. Nous les mortels, avons pris nos existences et notre destin en main. Nous les mortels, sans l’aide des dieux, avons stoppé les forces infernales qui nous menaçaient.

Mes amis de la Confrérie le savent depuis longtemps. Ce ne sont pas les dieux, mais nous qui forgeons nos existences. J’ai été initiée à leur enseignement. Un enseignement sain, qui place l’homme et non pas les dieux au centre de l’existence. Leur enseignement prône une spiritualité fait par la foi en chaque mortel, la foi en l’homme et non pas celle de puissances qui nous ont abandonné. C’est pourquoi j’ai décidé de faire des préceptes de la Confrérie une religion d’état. Je ferai bâtir dans chaque ville de notre nation, un centre où chacun pourra recevoir les enseignements de la Confrérie. Bien sûr je ne chasse pas les autres religions. S’il y en a qui veulent continuer à croire en des dieux pourquoi pas, mais ces cultes ne bénéficieront plus d’aide de notre part. La place est désormais pour nous mortels."
Dans la salle, on pouvait entendre des protestations poindre. Horrifiée, je regardais mes compagnons. Galinndan restait calme mais je sentais qu'il commençait à bouillir intérieurement. Le Prince Kashew avait pâli et serrait les poings. Sur la tribune en face de nous, je voyais que les responsables des différents cultes ne savaient pas que penser de la tournure des évènements. La Confrérie... J'avais déjà entendu parler de ce groupement, mais sans réellement savoir ce qu'elle représentait... Je crains que cette Confrérie n'ai pu tourner la tête à notre future reine.

Mais nous n'étions pas au bout de nos surprises. La fille de feu Flawne continua encore son discours :
"Mes chers compatriotes il y a d’autres mesures à prendre. Sans nul doute, vous savez que Thrèbes est une grande cité d’arcanistes. Des personnes qui étudient la magie et peuvent produire des effets impressionnants, d’une grande puissance et que nous, simples profanes, ne pouvons comprendre. Je pense que ces sciences doivent être au service de chacun, et nous aider ainsi dans notre propre existence. Nous ne pouvons pas accepter que ces puissances se retournent contre nous. Après ce qui vient de se passer, après tant de morts, tant de cris, tant de pleurs, tous les magiciens de notre nation doivent se mettre au service de celle-ci quand elle en a besoin. Nous ne pouvons pas accepter la présence d’un conseil, même composé des fondateurs de notre belle cité, sans que ce dernier n’ait apporté les garanties de son soutien total. Nous ne pouvons pas accepter que des personnes capables d’anéantir des armées, restent en ces murs sans que nous ne soyons certains que leur pouvoir ne se retourne pas contre nous. Cette épée de Damoclès, je ne la veux pas sur nos têtes. C’est pourquoi, je demande publiquement au Conseil des Immortels de bien vouloir me rencontrer afin de discuter ensemble de notre avenir commun. Et à terme, de faire que chaque magicien ne représente pas une menace du fait de sa puissance, mais d’un soutien, d’un pilier, présent pour affronter notre avenir incertain. Les arcanistes doivent être nos alliés."
A ce moment l'horreur me saisit. L'implication de ce qui venait d'être dit me sauta aux yeux. D'un état de liberté, nous étions tombés plus bas que tout. Même l'Empire de Marmo dans les mauvais jours n'exerçait tant de contraintes liberticides. Ce n'était pas pour cela que nous nous étions battus et que nous avons sacrifié tant de choses ces dernières années. C'est d'une oreille distraite que j'écoutais le discours de la princesse :

"Enfin, même si le conflit est dernière nous il faudra également nous protéger de l’extérieur. Certes Marmo a été défait, et nous n’avons plus aucun ennemi déclaré, enfin presque. Rien ne nous dit, qu’un royaume voisin, ou Marmo même, ne regarde d’un œil avare les richesses de nos contrées. C’est pourquoi j’ai décidé, dès à présent, de créer une grande et puissante armée afin de défendre nos femmes, nos enfants, nos fermes, nos terres. Non nous ne subirons plus d’invasion traitresse comme cela a été le cas dans le passé. Nos soldats seront prêts à anéantir toute menace qui pourrait vous empêcher de vivre en toute sérénité. Et je me tourne dès à présent vers Raiden, qui sous prétexte de neutralité, a fourni à nos ennemis des armes, du matériel et une certaine logistique; ce qui a eu pour conséquence de faire durer le conflit, et qui aurait pu causer notre perte. Nous ne pouvons pas accepter cela. Et je déclare devant vous, que la cité état du Nord aura des comptes à nous rendre je vous le promets."

Je n'ai pu croire ce que j'entendais. La Princesse Fiona, notre future reine, la fille de feu le roi Flawne qui s'est battu et sacrifié pour la liberté et pour la Confédération venait de jeter aux ordures tout ce qui comptait, tous les principes de liberté et de neutralité. Elle annonçait même une guerre en devenir contre un royaume qui a toujours souhaité rester neutre. La ville d'où je venais... Autour de moi, je pouvais voir le dégout de tous ceux qui se sont battus pour garantir notre victoire contre les forces obscures de Marmo et de ses démons. Nous avons contribué à ramener la liberté à Thrèbes et nous venions d'en être spoliés par la personne la plus invraissemblable, celle qui, je le pensais, serait la plus à même de chérir ce que nous avons conquis au prix de nombreux morts car elle en a payé un prix important aussi : la vie de son père.

Galinndan se leva et annonça d'une voix forte :
- Ce n'est pas pour ça que je me suis battu
Puis il me tendit la main. Je me levai pour la prendre et derrière nous, les autres Tonnerres se levaient aussi, suivis de plusieurs membres influents des différents cultes et des académies de magie.
Je jetai un dernier regard a la princesse. A ses cotés, Linda rayonnait. Nul doute que la Confrérie venait de mettre la main sur Thrèbes. Les temps heureux se terminaient avant même que la Confédération n'ait pu profiter de la paix. Au loin, la Princesse terminait son monologue lugubre annonciateur de temps plus noirs que ce que l'histoire de Thrèbes avait subi :
"Mes chers compatriotes, grâce à vous, à votre courage, votre force et votre sacrifice, nous arriverons à bâtir un grand et puissant royaume où tout homme y vivra dans la prospérité et l’abondance. Cela nécessitera beaucoup d’efforts, mais je suis prête et vous l’êtes aussi à relever ce nouveau défi."
Je me dis pour moi même :
- Et voila, la Confédération a vécu. Maintenant, ce que nous allions avoir serait une théocratie dictatoriale qui rejetait toute forme de croyance et qui poursuivrait tout arcaniste qui choisirait de rester libre plutot que de se soumettre à l'esclavage d'une secte intégriste. Un état totalitaire belliqueux qui n'hésitera pas à user de la force pour soumettre des nations libres pour de sombres prétextes. Maelle avait raison, des choses graves étaient en cours...

A mes cotés, Galinndan s'exclama :
- Ce n'est pas pour ça que je me suis battu. Ce n'est pas l'idée que je me faisais de la Confédération. Je crois que nous n'avons plus rien a faire ici...
Dernière modification par Malefiss le 18 juin 2011 19:06, modifié 1 fois.
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 18 juin 2011 15:32

Cinq années venaient de passer. Sur un champ de bataille jonché de cadavres de démons, une lumière aveuglante se dissipait doucement. Une silhouette humanoïde pose un genou à terre. Doucement elle passe la main sur le sol, à l'endroit même ou un immense sabot de feu semble avoir marqué la terre elle-même.
La silhouette parla d'une voix basse :
- Ainsi donc Scion, le destrier du Cavalier de Guerre foule le monde !

Au loin, une flamme jaillit de nulle part. La silhouette relève la tête. Dans les flammes, une superbe humaine apparait en hurlant :
- Raphael ! Au secours !!!
L'instant d'après, ni flamme ni bruit ne subsiste, comme si tout n'avais été que rêve ou illusion.

La silhouette leva la tête vers les lourds nuages qui se rassemblaient au dessus. Il n'allait pas tarder à pleuvoir.
- Les temps sombres sont donc annoncés !
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Répondre