[Terminé] Les Légendes de Démétaire: intersaison

Le retour de la grosse campagne D&D qui envoie du steak de Dragon.

Modérateur : Lord Kntrack

Avatar de l’utilisateur
Ragoezi
Membre de l'asso
Messages : 67
Inscription : 28 mai 2009 18:00
JDR masterisés : Star Wars Saga
Jeux proposés : Zombicide

Message par Ragoezi » 20 sept. 2011 22:59

Allez... Je sais pas si j'aurais le temps de finir d'ici samedi, mais je peux toujours essayer...

Khero Intersaison, Partie 1

La vapeur en fournaise enveloppait la petite forme trapue telle une armure brûlante. Ses mains gantées montaient et descendaient au rythme du martèlement interminable. Le visage de la naine, éclairé par le rougeoiement du métal en fusion, suait à grosses gouttes, lesquelles tombaient une à une en grésillant sur la surface embrasée.

On arrivait à la phase cruciale. Khero inspira une longue bouffée d’air brûlant, et, d’un geste sûr et déterminé, brandit la lame portée au rouge, et la plongea dans le bain d’eau glacée. La fumée qui naquit du contact des deux éléments submergea la forge, et masqua un instant la naine suante aux yeux de son apprentie. Quelques secondes s’écoulèrent avant que ne s’élève sa petite voix :

-Mimby, amène-moi une bière fraîche, par pitié !

La petite gnome aux couettes d’un vert fluo du plus mauvais effet ajusta son gilet rose en parfait désaccord avec la couleur de sa chevelure et sauta de son perchoir –une solide table en bois- pour courir vers l’entrée de la crypte où son professeur avait entreposé un fût de bière naine, installé et prêt au service. Des chopines perchées à son sommet n’attendaient que de pouvoir servir à nouveau.

Un fût de bière dans la crypte du sanctuaire, ça ne s’était jamais vu, mais, affirmait Khero, une pièce à une si parfaite température, ne pas s’en servir eut été un véritable sacrilège.

Mimby Garett n’oublia pas de se servir au passage. C’eut été un véritable sacrilège.

Lorsque la naine se fut désaltéré le gosier en avalant de longues gorgées, Mimby demanda à Khero :

-Et maintenant, on fait quoi ?

-Ben on va la faire chauffer encore plusieurs fois et refroidir, mais la chauffe sera pas aussi forte… Et après les finitions. Le truc difficile, c’est de savoir quand il faut arrêter les cycles de chauffage. Mal calculés, ça pourrait la rendre cassante.

La petite gnome sortit son petit calepin et prit des notes.

-Bon, en attendant, on va la laisser r’froidir, déclara Khero. J’irai bien m’prendre un bon bain bien frais d’ailleurs.

-Bonne idée, fit Mimby Garett en sautant de joie. Allons-y !

La tête insouciante de Mimby arracha un sourire à Khero. Avoir une apprentie après le départ de tous ses compagnons rendait la séparation moins difficile. Elle rendait également l’attente moins difficile. Serena avait eu raison de la lui confier… Bien qu’au départ, tout n’eut pas été si évident…

Avatar de l’utilisateur
Ragoezi
Membre de l'asso
Messages : 67
Inscription : 28 mai 2009 18:00
JDR masterisés : Star Wars Saga
Jeux proposés : Zombicide

Message par Ragoezi » 20 sept. 2011 23:39

Khero Intersaison Partie 2

Elle était restée au lit presque une semaine d’affilée.

Enfin, ça, elle s’en était rendu compte après. Au départ, il n’y avait eu que l’envie de ne pas bouger du lit, que pour les besoins naturels. Elle dormait. Et quand elle ne dormait pas, elle fixait le plafond, sans penser à rien, simplement dans un mal-être diffus et sans réel point d’accroche sur lequel elle aurait pu agir.

Et puis elle n’avait plus envie d’agir.

Plus envie… C’était ça le maître mot. Plus envie de bouger, plus envie de travailler ou de prier. Plus envie de manger ou de boire. Plus envie de se laver… Elle avait commencé à sentir mauvais, mais ça n’avait eu aucune sorte d’importance.

Ca avait été comme si le monde s’écroulait autour d’elle. Ses amis, morts ou partis au loin. Threbès aux mains d’une reine impie qu’ils avaient contribué –Merde ! – à placer sur le trône… De vieux compagnons qui tournaient mal… Ce genre de choses, ça n’aurait pas dû arriver.

Et elle se retrouvait toute seule, seule avec Wolf. Ou plutôt avec le corps de Wolf, inerte, d’une pâleur de craie, conservé dans sa belle boîte de cristal qui maintiendrait le sortilège de préservation des corps actif jusqu’à que son âme eut été libérée. A dire vrai, Khero ne croyait plus vraiment qu’ils parviendraient à le ramener à la vie, même en libérant son âme.

Seule, avec un putain d’elfe aux grandes oreilles. Mort. C’était plus rigolo vivant.

Durant cette première semaine, Khero ne vit presque pas le déménagement… Où plutôt l’emménagement. Jasnelle et Marine forcèrent un jour la porte de chez elle et emmenèrent tout. Le lit, avec Khero dedans, le coffre rempli de pièces d’or, Wolf dans son cercueil de cristal, Jambon le destrier de bataille, les petits tonnelets de bière et même les barres de métal à forger qu’elle gardait à la cave. Tout fut rassemblé au sanctuaire où attendaient déjà les affaires des deux chevaliers de Séréna. Puis Séréna arriva, terriblement belle comme à son habitude –il fallait bien quelques avantages à être déesse, pas vrai ?- Et condamna l’entrée du sanctuaire, qui menait à Thrébès. Khero en conclut que la reine impie avait gagné, et se laissa sombrer un peu plus.

Séréna lui jeta un regard terrible, qui ne la fit pas réagir. La déesse parut un instant presque inquiète, puis s’en fut.

Le lendemain du déménagement, Mimby Garett apparut.

Avatar de l’utilisateur
Lyd
Administrateur
Messages : 1261
Inscription : 11 janv. 2009 16:43
JDR masterisés : Arkéos, C.O.P.S, Z-Corps, Hollow Earth Expédition, Steamshadow
Jeux de cartes proposés : Dominion, Star Wars JCE, Tarot , belote, Rami
Jeux proposés : Petits meurtres et faits divers, Jamaïca,
Puerto Rico, Dixit, Dead of Winter, Les Chevaliers de la table ronde, Talisman, Jamaica, les mystères de l’abbaye, Takenoko, ...
Localisation : Wingersheim

Message par Lyd » 20 sept. 2011 23:50

Ragoezi a écrit :Allez... Je sais pas si j'aurais le temps de finir d'ici samedi, mais je peux toujours essayer...
Yes Yes Yes !!! 8) 8) 8) 8)

Forcement un résumé de notre chère Khero : elle ne pouvait oublier la bière ( lol)
Et elle se retrouvait toute seule, seule avec Wolf. Ou plutôt avec le corps de Wolf, inerte, d’une pâleur de craie, conservé dans sa belle boîte de cristal qui maintiendrait le sortilège de préservation des corps actif jusqu’à que son âme eut été libérée. A dire vrai, Khero ne croyait plus vraiment qu’ils parviendraient à le ramener à la vie, même en libérant son âme.
Ah enfin, au moins une personne à penser à mon elfe !!
Pauvre Wolf couché sur le lit d'une naine, à chaque fois j'ai en image les pieds dépassant du lit ... pauvre de lui, âme égarée
:?

Avatar de l’utilisateur
Bran
Membre de l'asso
Messages : 487
Inscription : 27 mai 2006 19:00
JDR masterisés : Le Trône de Fer / Star Wars / Wastburg /Conan /
Te Deum pour un massacre / Cadwallon / Barbarians of Lemuria / etc
Jeux proposés : Trône de Fer / Battlestar Galactica / Chevaliers de la
Table Ronde / quelques autres choses
Localisation : Ankh-Morpork
Contact :

Message par Bran » 21 sept. 2011 20:16

Drago "Gueule-en-deux" était un gigantesque orc au teint sombre, le crâne rasé, le visage barré d'un horrible cicatrice, vestige d'un coup de hache qui lui avait emporté la moitié du nez, un bout de lèvre et un oeil au passage. Sa survie tint d'ailleurs du miracle, d'ou son autre surnom de "Revenu de Morrigern". On prétendait que sa carrure était dû au fait qu'il avait du sang troll. Si d'aventure on le lui demandait, Gueule-en-deux se contentait de se fendre d'un large et horrible sourire, qui pouvait tout aussi bien laisser penser que cela était vrai que de défier son interlocuteur de reposer la question.
Au combat, il maniait une gigantesque flamberge, aussi haute que lui, qu'il maniait comme si il s'agissait d'un simple fétu de paille.
Sous ses abords de brute épaisse, "Gueule-en-deux" était aussi un individu doté d'un instinct animal, et d'une intelligence remarquable dés qu'il s'agissait de se battre. Bon, il était souvent un tantinet impulsif aussi dans ses mauvais jours.
"Putes borgnes! On va pas y passer la nuit!"
Et il était dans un mauvais jour.
Et il n'était pas le seul. Cela faisait plusieurs jours que les troupes orcs combattaient pied à pied contre une importante force venant de Thrèbes. Les Fer-Nés étaient des guerriers insatiables et résolus, mais combattre dans la boue et la pluie, contre une armée beaucoup plus nombreuse qui paraissait ne jamais tarir, épuisait le combattant le plus aguerri.
La passe ou se déroulaient les combats révélait le dernier bastion gardé par l'alliance des clans avant Kalemegdan. L'endroit, autrefois verdoyant, n'était qu'un amas de corps, de boue et de sang et d'organes arrachés, sur lesquels les combattants glissaient et tentant tant bien que mal d'embrocher l'adversaire le plus proche avant de passer au suivant. Les flèches volaient dans un cri strident et les épées se fracassaient les unes contre les autres dans un fracas assourdissant, auquel plus personne ne prêtait attention.
Aucun plan de bataille résistait aux premiers assauts, disait-on, et cette bataille-ci partait déjà mal, car la seule stratégie qui était en vigueur chez les uns était d'attaquer et d'attaquer encore, en noyant les défenseur sous le nombre, et ces derniers de défendre, refusant obstinément de céder un pouce de terrain, massacrant par dizaines des soldats à peine adultes, remplacés par d'autre l'instant d'après. Ce n'était plus qu'un gigantesque bourbier sanglant et chaotique, et seule la nuit offrit un court répit aux uns et autres.
Dubravko et ses lieutenants tentaient de s'entendre sur la conduite à tenir, le lendemain. Et ils n'étaient pas d'accord.
Alors que Gueule-en-deux refusait tout autre plan qui n'impliquaient pas de faire face ici et maintenant, Cuclann, plus posé, était d'avis d'évacuer rapidement les lieux pour défendre la forteresse. Vukadin, lui objecta que reculer impliquait également son lot de risques, à commencer par le harcèlement ennemi qui ne manquerait pas de se mettre en place. Sans compter que, une fois la passe derrière eux, c'est un terrain ouvert qui s'offrirait à eux, les menaçant d'encerclement par l'ennemi. D'un autre côté, rester, c'était mourir à coup sûr, l'ennemi finirait bien par percer leurs lignes un moment ou à un autre...ou alors ce sont des renforts qui les prendraient à revers.
Tout à ses pensées, Dubravko laissa un moment ses lieutenants argumenter et s'engueuler, la demi-douzaine qu'ils étaient ne s'entendant que sur un seul point : leur situation, telle quelle était, était intenable, et menait droit vers leur ruine.
Au bout de sa réflexion, Dubravko fit taire ses dernières hésitations, ses visions de son peuple disparu et de sa forteresse dévastée, et s'adressa d'uen voix forte et claire, plus forte peut être qu'il l'aurait voulu, révélateur de son trouble dont il espérait malgré tout qu'il passerait inaperçu:
"Nous devons protéger coûte que coûte Gora Nyrga. Même sans compter notre forteresse et tout ce qu'elle contient, en guerriers comme en matériel, le symbole serait désastreux si elle serait prise.
Nous abandonnons cette bataille. Tirons nous de là avec le minimum de pertes et fonçons vers notre base. Kiljan, envoie quelque-uns de tes meilleurs messagers, qu'ils informent la forteresse de la situation, et qu'elle se prépare! Vukadin, Cuclann, faites en sorte que tout le monde soit prêt demain à l'aube à foutre le camp! Rejoignez Kalemagdan le plus vite possible et préparez vous au combat. Drago...tu sais ce que je vais te demander."
Drago hocha la tête solennellement, touchant l'amulette de Morrigern qu'il portait au cou depuis l'obtention de sa balafre. Il souria d'un air mauvais. "Aye! Mes gars et moi allons montrer à ces vermines humaines de quel bois sont fait les Orcs! De la sorte faite en acier trempé de sang!"
"Quand à moi, annonça Dubravko, je reste ici également, je partirai parmi les dernier. Branko, Tuadenn, vous soutiendrez Drago avec vos archers, vous partirez avec moi."

Tout ne se passa pas comme prévu.

Les combats faisaient rage, et la première ligne tentait désespérément de donner du temps au gros des troupes pour fuir. Dubravko se tenait là, sous les flèches et les épées qui hurlaient leur champ de mort, lançant ses sorts qui fauchaient les soldats adverses comme un incendie dans une grange trop sèche. Son champ de vision n'était plus que cadavres calcinés par la puissance de sa magie, ou démembrés par les grandes lames de ses alliés.
Drago, non loin hurlait toute sa rage, en assénant des coups avec sa flamberge qui traversait chairs et os comme du fer à blanc dans beurre trop chaud. Il y avait également Orage Moqueur, qui tailladait ses ennemis tout en riant comme un possédé, ou Lamark, avec son style bien à lui, qui passait dans le dos de ses adversaires et les plantait d'un seul mouvement, sans avoir l'air d'y penser.
Mais ses alliés mourraient un par un. Il vit le gigantesque Osrajkar, l'Ogre, s'effondrer, le corps traversé par une lame qu'il n’avait pas vu venir; un autre grognant - Neman, à moins que ça ne fût Vulkan difficile à dire- au sol, une flèche dans l’œil. Ils n'étaient plus assez nombreux, et Dubravko espérait qu'ils avaient donné assez de temps pour que le gros des forces orcs ait pu s'extirper de la passe sans trop de dommages. Ils pouvaient, malgré leurs pertes tenir encore plusieurs heures, si tout se passait encore de cette façon. Largement assez. Cela se passait même mieux qu'il avait osé le souhaiter. Peut être trop bien. Les Thrébiens s'obstinaient à envoyer leurs troupes par vagues successives, des combattants conscrits sans expérience et encore jeunes, alors qu'une attaque en force épaulée par quelques uns de leurs troupes d'élites auraient pu mettre réellement à mal la résistance des Fer-Nés. Il se passait quelque chose, il le sentait.
Et puis il le sentit vraiment. Une décharge d'énergie arcanique si puissante qu'il manqua de trébucher. Il lutta quelques instants contre cette magie qui semblait vouloir lui faire fondre le crâne, et soudain, tout s'arrêta. Sonné, Dubravko regarda autour de lui. Le combat lui parut légèrement assourdi, mais personne d'autre ne sembla avoir remarqué quoi que soit. Tout le monde se battait comme quelques secondes auparavant. Drago, qui se trouvait à quelques pas, devina son trouble, et s'apprêtait à le rejoindre : "Dubravko! Est-ce que..."
Il n'eût pas le temps de finir.
Tout un coup, un terrifiant grondement sourd se fit entendre, puis un craquement sinistre. Cette-fois ci, Dubravko ne fût pas le seul à l'entendre. Tout s'arrêta soudain, et quelques secondes plus tard, ce fût comme si le fort tout entier s'écroula sur eux. Il vit avec horreur un énorme rocher lui tomber dessus. Pas le temps de faire le moindre geste, il aurait voulu incanter, se jeter en arrière mais...
Il se sentit tomber et alors, ce fût le noir.

Avatar de l’utilisateur
Chazam
Membre de l'asso
Messages : 836
Inscription : 30 janv. 2009 21:08

Message par Chazam » 22 sept. 2011 6:20

Image
Taxidermiste spécialisé en dragon

l'Intelligence c'est comme les sandales elfiques quand on en a pas on s'ecrase !!!

Un bon Thunk est un Thunk mâchouillé par mon Chagar.

Avatar de l’utilisateur
Garetjax
Animateur section JDR
Messages : 404
Inscription : 11 déc. 2003 21:05
JDR masterisés : Knight / Metal Adventures / Arkéos / Cirkus / Star Wars D6 / Doctor Who / City hall/ INS-MV GP / XVII
Localisation : A gauche... NON !!! L'autre Gauche...

Message par Garetjax » 22 sept. 2011 7:17

Chazam a écrit :Image
Tout pareil... :roll:
La Plume est plus forte que l'épée...
Encore faut-il que l'épée soit très courte, et la plume très pointue

Avatar de l’utilisateur
Lord Kntrack
Membre du comité
Messages : 866
Inscription : 02 mars 2005 23:26
JDR masterisés : D&d 4, Mekton Z et Hollow Earth Expédition

Message par Lord Kntrack » 22 sept. 2011 8:23

Mangez pas trop lourd le midi il y aura du dessert à 14h
On ne dit pas Richelieu mais Sympa la baraque

http://kntrack.labrute.fr

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 22 sept. 2011 11:37

Tarte aux marrons
Chataignes sautees
etc...
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Avatar de l’utilisateur
Chazam
Membre de l'asso
Messages : 836
Inscription : 30 janv. 2009 21:08

Message par Chazam » 22 sept. 2011 13:31

Malefiss a écrit :Tarte aux marrons
Chataignes sautees
etc...

salade de phalanges :p
Taxidermiste spécialisé en dragon

l'Intelligence c'est comme les sandales elfiques quand on en a pas on s'ecrase !!!

Un bon Thunk est un Thunk mâchouillé par mon Chagar.

Avatar de l’utilisateur
Bran
Membre de l'asso
Messages : 487
Inscription : 27 mai 2006 19:00
JDR masterisés : Le Trône de Fer / Star Wars / Wastburg /Conan /
Te Deum pour un massacre / Cadwallon / Barbarians of Lemuria / etc
Jeux proposés : Trône de Fer / Battlestar Galactica / Chevaliers de la
Table Ronde / quelques autres choses
Localisation : Ankh-Morpork
Contact :

Message par Bran » 22 sept. 2011 15:35

Noir. Obscur. Ténèbres. Engourdissement. Douleur. Douleur! Dubravko ouvrit finalement les yeux, ce qui lui causa un grognement de souffrance. Il lui semblait que son corps tout entier le torturait. Il ne savait pas ou il était. Il n'arrivait pas à voir plus loin que son bras tendu. Combien de temps il avait passé ici, ou que cela puisse être?
Il n'avait qu'une vague conscience de ce qu'il s'était passé, une bataille, un grondement, puis un craquement peut être...et après, une...douleur. De la magie. Ou était-ce avant? Et maintenant, pourquoi avait-il encore mal? Il tenta de se redresser, ce qu'il fit au prix d'un effort démesuré, luttant contre l'engourdissement et la douleur tenace lui sciant les muscles et les os. Ses jambes manquèrent de céder mais il résista, invoquant toute sa volonté. La tête lui tournait. S'habituant peu à peu à l'obscurité, il aperçu vaguement les contours d'une sorte de salle aux mur nus. Vide. Il avisa une torche. S'avançant doucement pour la saisir, il s'aperçut qu'il n'avait pas de briquet pour l'allumer de toutes façons...ah, si, se souvint t'il en apercevant l'une de ses cicatrices, l'esprit embrumé, il avait quelque chose de tout comme, finalement. Il incanta la torche s'alluma. Une faible lueur irradiait désormais la salle. Pas grand-chose, une lumière étouffée et crachotante, mais il sembla à Dubravko que c'était le mieux qu'il pouvait faire maintenant. Il s'aperçut qu'il était nu, son corps couturé de cicatrices qui irradiaient faiblement de magie, suite à son sort. C'est alors qu'il se souvint tout à fait : le rituel passé des années plus tôt pour protéger une ville qui ne voulait plus de lui, sa lutte pour son peuple, ses batailles...une bataille! Il aurait du être mort! Enseveli et réduit à l'état de pulpe sanglante sous des tonnes de roche! Et il se trouvait dans une espèce de pièce lugubre, en parfaite santé semblait-il, mis à part ses douleurs physique et sa gueule de bois!
Piégé dans une pièce était plus approprié. Il n'y avait pas de porte, pas de fenêtre, rien qui semblait indiquer une quelconque sortie.
Il fallait qu'il sorte d'ici pourtant! S'il était en vie, il devait mener ses Orcs au combat, lutter contre les sbires de la reine! Il ne voulait pas qu'ils meurent sans lui à leur côté, comme il se devait.
Sans lui, ils seraient anéanti. Non pas que sa présence change quoi ce soit au résultat, mais au moins, il aurait la satisfaction de mourir les armes à la main, en emportant un maximum d'ennemis dans la tombe. C'était la finalité de tout orc après tout: mourir en êtres libres, comme les dieux leur ont montré, en se révoltant contre leur ennemi. Mais avant, il fallait sortir. Dubravko chercha pendant plusieurs longues minutes des heures peut-être, voire des jours, tenta de desceller les pierres du mur, voulu creuser par en dessous, voulut trouver des passages secrets, lança quelques sortilèges sans succès. Alors que tout lui sembla soudainement désespéré, qu'il avait perdu tout espoir et qu'il mourrait ici, loin de tout, il s'aperçut qu'un pan de mur calciné par l'un de ses sorts laissé pourtant entrevoir une zone laissée intacte, au milieu. Cette zone était en fait une gravure, invisible en temps normal, que le feu et la poussière calcinée avait révélée. Cette gravure représentait grossièrement un dragon. Et elle était magique. Se demandant un instant quoi faire, Dubravko appuya son pouce légèrement dessus. Un claquement se fit entendre. La pierre se descella légèrement, juste assez pour la tirer. Cette pierre se révéla être aussi longue que son bras, ou peut être plus, celle-ci coulissant comme un tiroir jusqu'à une butée qu'il ne pouvait voir, de l'autre côté du mur.
Dans cet espèce de tiroir en pierre, une sorte de renfoncement circulaire, avec en son centre un trou. Comme une sorte de récipient. C'est du centre qu'émanait en fait la magie que Dubravko avait senti tout à l'heure. Et maintenant? Que fallai t'il faire?
Instinctivement, une vielle rengaine orc sous forme de comptine que les enfants chantaient en se tapant dans les mains. Lui même l'avait chanté des milliers de fois, mais l'avait presque oublié, jusqu'à ce jour. Curieux qu'elle refasse surface maintenant. Elle était simple :
"Bois et fer
Ouvre tes chaînes
Terre et tonnerre
Garde l'enfer
Feu et sang
La voie libère"

A la fois perplexe et résolu, Dubravko s'entailla la main gauche au dessus de la pierre. Une goutte de sang tomba, puis une autre, et encore une autre, et tout un coup, les murs s'évanouirent, laissant Dubravko dans le noir complet.
Quelques longues secondes passèrent, et Dubravko se retrouva en enfer.
Et son enfer à lui était composé de bâtiments en flammes, de corps de braves démembrés, et de sa forteresse en ruine. Une bannière se consumait lentement, mais ce n'était pas celle de sa horde, ni de son même de son clan défunt. C'était celle qu'il avait vu, il y avait de cela une éternité, devant le miroir qui lui avait révélé qu'il était lié à Trextorius le Sage, le père de la lignée des dragons métalliques. Celui d'un clan orc massacré, et lui sauvé. La chaleur était insupportable, il transpirait abondamment, sentit ses cheveux roussir, sa peau craqueler, sa langue s'évaporer. Il sentit son sang bouillir. Il se sentit tomber dans l'inconscience.
Il entrevit le ciel se couvrir et le tonnerre gronder il ne finirait peut être pas calciné après tout. Sa dernière pensée avant de sombrer, fût, par association d'idées, à Tempus.

Bientôt : le Teaser!

Avatar de l’utilisateur
Chazam
Membre de l'asso
Messages : 836
Inscription : 30 janv. 2009 21:08

Message par Chazam » 22 sept. 2011 18:03

tu vois tempus finalement c'est pas un mauvais bougre :) viens converti toi mon ami :)
Taxidermiste spécialisé en dragon

l'Intelligence c'est comme les sandales elfiques quand on en a pas on s'ecrase !!!

Un bon Thunk est un Thunk mâchouillé par mon Chagar.

Avatar de l’utilisateur
Bran
Membre de l'asso
Messages : 487
Inscription : 27 mai 2006 19:00
JDR masterisés : Le Trône de Fer / Star Wars / Wastburg /Conan /
Te Deum pour un massacre / Cadwallon / Barbarians of Lemuria / etc
Jeux proposés : Trône de Fer / Battlestar Galactica / Chevaliers de la
Table Ronde / quelques autres choses
Localisation : Ankh-Morpork
Contact :

Message par Bran » 22 sept. 2011 20:11

dans tes rêves, ouais :p

Avatar de l’utilisateur
Bran
Membre de l'asso
Messages : 487
Inscription : 27 mai 2006 19:00
JDR masterisés : Le Trône de Fer / Star Wars / Wastburg /Conan /
Te Deum pour un massacre / Cadwallon / Barbarians of Lemuria / etc
Jeux proposés : Trône de Fer / Battlestar Galactica / Chevaliers de la
Table Ronde / quelques autres choses
Localisation : Ankh-Morpork
Contact :

Message par Bran » 22 sept. 2011 20:17

Teaser Dubravko saison 2


Quelqu'un, dans la lointaine lisière brumeuse de son esprit, aboyait des ordres. Il se réveillait. Il se sentait bien. Il faisait chaud, mais assez frais pour que cela soit agréable. Il entendit quelqu'un l'appeler. Il ouvrit les yeux, difficilement, sa torpeur l'ayant considérablement affaibli.
Il aperçu des formes floues, tout autour de lui, qui le regardaient avec un mélange d'appréhension et de soulagement. Il reconnu, à mesure que sa vue se fit plus claire, ce tempusien, là. Kiran. L'humain l'empêcha de se redresser lorsqu'il fit mine de vouloir le faire.
"-Doucement, vous êtes encore faible. On a bien cru ne jamais vous revoir en vie. Comment vous sentez-vous?
-J'ai connu des jours meilleurs, grimaça Dubravko, se tâtant la tête qu'il avait bien sur les épaules en dépit de son impression qu'elle s'enfonçait sous six pieds de roche fondue.
-Bien. Bien. Vous allez manger ce que vous pourrez, pour prendre des forces. Vous avez beaucoup maigri. En fait, je ne sais pas comment vous vous en êtes sorti, mais les Dieux doivent beaucoup vous aimer! Souria son interlocuteur.
-Mouais. Il s'est passé quoi au juste?
Et Kiran de Givreroc de se lancer dans une courte explication impliquant le sacrifice de Drago Gueule-en-Deux, son sauvetage in-extremis par plusieurs guerriers ayant échappés à l'éboulement qui avait enseveli la moitié de son armée, la longue route à bride abattue, poursuivi par l'ennemi, vers la forteresse, et les préparatifs du siège de Kalemagdan.
Il fût interrompu par l'arrivée de nombre de ses lieutenants, qui un par un, le félicitèrent, soulagés de voir leur chef en vie.
Seul Cuclann, qui avait perdu un bras dans l'affaire, restât en retrait:
"Tu es revenu pour mieux mourir avec nous, Dubravko. Nous avons perdu une bonne moitié de notre force. Ce qu'il nous reste, ce sont surtout blessés, vieillards et enfants peut être moins de quelques centaines de personne plus ou moins capables de tenir une lame, tempusiens et heaumites compris. En face, l'ost de cette petite merde de reine aligne des milliers d'hommes. 2 ou 3, et des foutus engins de siège. C'est tout juste si nous l'avons saigné, c'est à peine croyable. Je crois que c'est sans espoir...mais compte sur moi pour expédier un maximum de ces bâtards dans l'enfer qu'ils méritent avant de subir le jugement de Morrigern!"
Dubravko découvrit bien vite que l'ambiance générale était semblable à l'humeur de Cuclann : personne ne se faisait d'illusions, mais leur détermination était plus forte que jamais.
Un incident fût révélateur : Un noble de Thrèbes, arrogant sur son cheval éclatant, étincelant sous son armure polie, fût envoyé avec quelques membres de sa suite pour négocier. En fait de négociations, c'était tout simplement leur capitulation sans conditions qu'il voulait. Avec en prime la tête de Dubravko et de ses lieutenants, plus de quelques autres qui avait suffisamment mécontenté sa reine. En retour, il proclamait que sur 1 mâle pour cent serait exécuté, pour l'exemple bien sûr, mais que le reste aurait la vie sauve s'ils juraient d'abandonner les armes et de se soumettre à Fiona et de la servir comme bon elle jugera.
Dubravko prévoyait simplement de le réexpédier d'où il venait par catapulte, mais Kiran fût plus rapide. Il estropia simplement l'arrogant nobliau, sans mot dire, et s'en fût. Et de concert, Cuclann et quelque uns de ses soldats l'attachèrent à son cheval, et le traîne ainsi face contre sol à travers toute la forteresse, tous les orcs huant l'humain, lui crachant dessus et lui expédiant des insultes bien senties. L'humain ne mis pas longtemps à ne plus rien pouvoir entendre, et il fût finalement bel et bien réexpédié par la voie des airs, moins son armure et ses chausses. Il avait l'air beaucoup moins arrogant de cette façon, feu le chevalier, à poil et couvert de terre et de sang.
C'est ainsi que leur destin sembla scellé.

Voulant prendre de court leurs ennemis, et ne voulant pas attendre la mort, mais la chercher eux-même, un banquet fût célébré, avant qu'ils tentent une sortie. Leur baroud d'honneur.
Ils ne voulaient pas non plus partir sans avoir fait une dernière fête, en l'honneur de leur dieux.

Pendant le banquet, alors que ses lieutenants festoyaient avec l'ardeur des condamnés, Dubravko, lui ne mangeait pas. Il était soucieux. C'était lui qui avait promis à ses frères la liberté, c'est lui qui les avait convaincus de s'unir pour leur droits. Auparavant, même méprisés et ardemment combattus, les clans orcs étaient trop divisés pour représenter une menace si sérieuse que l'on convoque une gigantesque armée pour les briser. Une nuisance, parfois dure, oui, mais pas une menace. C'était fini de tout cela, et la reine Fiona, méprisant les promesses de son régent, les avait trahis, voulant les rabaisser au rang moins-que-riens, à massacrer à la moindre occasion. Dubravko voulait que son peuple soit enfin entendu, reconnu comme une race à part entière, une nation à laquelle on ferait mieux de garder attention.
Mais il avait échoué. Et il avait causé tant de morts. Pour rien. Bien sûr, chaque orc était ravi de tomber au combat, de risquer sa vie pour sa gloire et celle des dieux, pour un idéal pareil. Mais tout-cela justifiait t'il de les envoyer au massacre? Il avait désespérément essayé de trouver une issue pourtant, mais les portes se dérobaient devant lui. Un désastre.
Au moins il mourait avec eux. L'arme à la main, traçant des sillons sanglants autour de lui jusqu'à ce que l'ennemi de trop le surprenne, et que Morrigern vienne le chercher. Il fallait qu'il combatte avec toute sa hargne. Même s'il perdait, s'il mourrait...et bien, ainsi soit-il. Il se rasséréna. Il tenta de profiter du banquet lui aussi...
Et c'est alors qu'il apparu.
Soudainement, un silence de mort se fit dans la pièce. Toute l'attention était portée par un drakéide, de couleur rouge sang, qui souriait comme s'il venait d'entrer dans une réunion ou il connaissait de vieux amis. Et ses yeux étaient un abysse insondable de flammes.
"-C'est un honneur de te voir là, Seigneur Dragon. Annonça Dubravko. Veux-tu te joindre à notre petite sauterie, peut-être? A moins que c'est notre mort que tu veux. Tu tombes on ne peut plus bien, ouais. Demain, nous serions déjà morts.
-Non, répondit calmement le Dragon, sans se départir d'un sourire énigmatique, promesse de terreur, je souhaite vous voir en vie, en fait.
-Tiens donc? La voix de l'ensorceleur était sarcastique
-Oui. Je ne dispose guère de temps, je vais donc faire court, pour que vous me compreniez parfaitement. Pour mes desseins, j'aimerai faire des choses et d'autres, et l'un des composants essentiels, c'est cette fiole. J'aimerai que tu la remplisse de ton sang, Semi-Orc.
-Mon sang, hein? Qu'est ce que tu va en foutre?
-Cela ne te concerne en rien, mon ami. Sache juste, que ton sang est très puissant, quoique tu t'en doutes déjà. J'ajoute qu'en retour, je me débrouillerais pour que toi et ton...peuple, survive à la journée de demain. Vainqueurs.
Alors? Le sourire du saurien s'élargit, le genre de sourire qui laissait présager du pire."
Personne n'osa même respirer. Ses camarades étaient figés, attendant l'issue de cette conversation.
Son sang, hein? Et bien, Dubravko savait que cela était une très très mauvaise idée. Que c''st son sang même qui faisait de lui quelqu'un de spécial, un ensorceleur. Le sang même, quelque part, de Trextorius le sage. Le sang qui avait permis de réveiller un Dragon, sous Thrèbes, et d'activer une formidable défense dans cette même ville. Qu'est-ce qu'il pouvait bien en faire? Des tas de choses, et pas que des bonnes. D'un autre côté, si c'était le prix à payer pour que son peuple vive un jour de plus, libre, qui plus est, pour qu'il combatte et en servent pas de viande à charognards ou d'esclaves...le choix était vite vu. Au diable les conséquences!
Il se taillada une main. La gauche. Versa le sang dans la fiole tendue par le Dragon.
Celui-ci n'en sourit que davantage, les yeux avides pendant un court instant.
-Fais ce que tu as à faire maintenant. Nous nous retrouverons, bien sûr. Et ce jour là...
-Certes.
Et ce fût tout. Le dragon, sous son apparence de drakeïde, quitta la pièce tranquillement.
Personne n'avait plus le cœur à finir le banquet.

Le lendemain, il ne ne fallût que quelques minutes à l'armée de Fiona pour fondre littéralement sous le feu du Dragon rouge. Une abominable puanteur de chair brûlée et de sang bouilli empuantissait l'air. Un gigantesque brasier tenait lieu de décor.
"-Cuclann, tu prends le commandement. Mène notre peuple en sécurité. Qu'on emmène mon cheval. Je pars. Il est temps de reformer les Tonnerres de Tempus

Dubravko enfourcha son cheval, et le fit galoper bride abattue à l'horizon.
Et au -dessus de lui, la tempête.
Dernière modification par Bran le 25 sept. 2011 15:10, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Chazam
Membre de l'asso
Messages : 836
Inscription : 30 janv. 2009 21:08

Message par Chazam » 22 sept. 2011 21:05

OUI OUI VIENDEZ .... :) ARGHHHHHH vivement samedi !!!!!
Taxidermiste spécialisé en dragon

l'Intelligence c'est comme les sandales elfiques quand on en a pas on s'ecrase !!!

Un bon Thunk est un Thunk mâchouillé par mon Chagar.

Malefiss
Membre de l'asso
Messages : 217
Inscription : 05 nov. 2009 14:08

Message par Malefiss » 24 sept. 2011 5:53

Intersaison Oriana - 7

Il n'y eut plus d'incidents comme ce sabotage. Mais nous avions perdu 6 mages,dont les noms ont été gravés en lettres d'or sur une plaque de marbre juste à coté du porche proncipal. Galeta, l'étudiante en invocation avait été la première à succomber. Ensuite moururent Arion Deylo, un jeune transmutateur au talent prometteur, et Plausig Hectu, un mage qui passait voir sa monture aux écuries. Will Fersini tenta en vain d'établir un cercle de glyphes pour tenter de contenir la vague des envahisseurs. Pressentant la possibilité d'être piégés, une douzaine de démons s'étaient jetés sur lui pour le mettre en pièces. Les 2 dernières victimes furent Tsurukai Braga et Tatsuko Kaneda, des arcanistes confirmés, des amis qui se sont sacrifiés en faisant barrage de leur corps pour me permettre de briser les sorts du balor. D'aucuns diraient que nous nous en étions bien sortis d'une situation désespérée mais moi, je ne voyais que les visages de mes camarades tombés pour défendre cette académie qui leur était chère. Chacun de nos morts représentait une perte irremplaçable pour l'école et pire encore pour leurs amis...

Au début de ma troisième année, Rachel et Eymeric vinrent me voir. Lorsqu'ils m'ont appris qu'ils repartaient pour Thrèbes, le souvenir du discours de Fiona me revint en mémoire. Elle avait décidé l'asservissement des mages pour ce qu'elle disait être le bien public. Il n'y aurait donc plus de libre arbitre pour les pratiquants des arts arcaniques et sans doute serait-ce la même chose pour les cultes différents de ceux de la Confrérie. La Confrérie... Qu'est-ce qui pouvait bien se cacher derrière ? Qui tirait les ficelles et surtout dans quel but ? Toutes ces questions ouvertes causaient toujours en moi un malaise. J'ai bien tenté de les dissuader de retourner là-bas car les risques étaient bien trop grands. Malheureusement, Rachel avait hérité d'un trait de caractère de son père, c'était une forte tête. Après quelques tentatives, j'ai fini par jeter l'éponge, non sans lui confier un courrier pour Galinndan. Peut-être que lui pourrait la faire changer d'avis et ainsi les mettre à l'abri.

Rachel et Eymeric partirent le lendemain matin à l'aube. Mon coeur se serra lorsqu'elle franchit le portail. J'étais seule... Mon esprit se mit alors à vagabonder, parcourant des souvenirs si lointains qu'ils paraissaient appartenir à une autre vie. Des aventures d'une vie mordue à pleines dents avec les Tonnerres... Mais Wolf avait succombé pour défendre la liberté d'une confédération dont la reine nous a trompé, trahi même. Une trahison impardonnable d'autant plus qu'elle bafouait les valeurs et les idées, comme un camouflet au visage de feu le roi Flawne... Raphael aussi était parti, rejoignant le domaine céleste après avoir détruit un puissant démon. Alagos avait disparu après avoir retrouvé son épouse qu'il croyait avoir perdu pour toujours. Océane, Dubravko et Khéro ont pris la route pour vivre leur vie après la déception du discours royal. Galinndan, lui, a emmené ceux qui voulaient vivre libres sans craindre la persécution.

Et moi, je suis venue ici pour apprendre. Mais qu'avais-je appris ? Que j'avais des dons que je ne savais même pas expliquer et que je sentais être liée à cet endroit ? Et alors ? J'avais dû abandonner mon aimé pour venir ici... Est-ce que cela en valait vraiment la peine ? Etait-ce ma soif de connaissances qui m'avait poussé à tout abandonner pour acquérir plus de savoir ? Le visage de Galinndan me revint en mémoire, souriant. Non, j'étais venu ici parce qu'il voulait que je sois en sécurité. J'étais venu ici pour veiller sur Rachel parce qu'il me l'avait demandé. Et j'étais heureuse d'avoir accepté lorsque j'ai vu le soulagement sur son visage. Mais Rachel était partie et je restais seule.

J'ai passé les jours suivants enfermée dans l'appartement qui était le mien depuis mon arrivée ici. Je n'avais plus envie de sortir pour devoir croiser les regards des autres, de devoir leur mentir en prétendant que tout allait bien lorsqu'ils s'enquéraient de mon état car chacun connaissait mon amitié avec Rachel. Je n'avais plus envie de rien. Tout me semblait inutile, aussi vain que les efforts que nous avions déployé à sauver une ville et des principes que la souveraine avait souillé alors même que nous fêtions notre réussite... Doucement je me laissais dépérir, délaissant la nourriture, fatiguée des insomnies qui me privaient d'un repos tant souhaité. Je n'avais plus qu'une envie, c'était de m'endormir définitivement pour être enfin réellement libre...

Un soir, alors que je broyais du noir, j'ai senti une présence derrière moi. En me retournant, l'avatar de Mystra se tenait devant moi. Elle affichait un air peiné lorsqu'elle s'adressa à moi :
- Oriana, j'ai suivi ton parcours avec attention depuis de longues années., bien avant que tu ne décides de me rejoindre. Nous nous étions déjà rencontré par le passé mais tu ne dois pas te souvenir de cette rencontre.
Des réminiscences de souvenirs me revinrent. Je revis Worth tuer Néséos, Galinndan gisant au sol, la vie l'ayant quitté. Et je me vis déchirant le Voile magique dans la folie de ma volonté de vengeance. Puis elle vint et me toucha le front. Je me souvenais des visions montrées dans le miroir du gobelin dans la jungle.
Elle poursuivit :
- J'ai vu aussi ces 15 derniers jours. Je t'ai vu douter de toi et doucement sombrer et cela me chagrine.
- Mais... tout ce que j'ai accompli n'a finalement servi à rien
- Non, c'est faux et tu le sais. Grâce à toi, tous les mages de cette académie sont vivants. Grâce aux Tonnerres, l'Empire de Marmo n'a pas déferlé sur Thrèbes.
- Et qu'est-ce que ça aura changé au final ? Nous avons empêché une dictature pour tomber dans une autre que nous avons permis d'instaurer malgré nous.
- Oriana, ne te laisse pas décourager. Sous peu, le monde aura à nouveau besoin des Tonnerres, je le sens. Et à ce moment là, c'est le temps que tu auras passé ici qui fera la différence entre la victoire et la défaite, quand bien même tu penses n'avoir rien appris.
Avant que je n'aie pu répondre, l'avatar devint transparent et s'évanouit. Je regardai ma main et l'anneau d'or passé à mon doigt puis le brouillard qui semblait s'être formé devant mes yeux disparut lentement. J'avais baissé les bras; il était maintenant plus que temps de reprendre les choses en main.

Je repris mes fonctions auprès de Coeur d'Etoile qui, même s'il ne l'avouait pas, appréciait que je sois enfin à nouveau moi-même. Curieusement, il n'y avait que peu de paperasse sur mon bureau, et celà malgré mon absence.

Les mois se suivirent dans la routine. Chaque semaine je dispensais mon cours de signature magique et d'analyse de la Toile, parlant de la magie comme d'une personne vivante incarnée par Mystra. Certains étudiants me prenaient pour une illuminée mais aucun n'osa se moquer où même suggérer que j'avais tort car tous voyaient en moi celle qui avait tenu le balor en respect le temps que Coeur d'Etoile n'arrive. Et tous les jours, sans jamais me décourager, je me plongeai dans une montagne de livres à la recherche d'indices sur l'anneau sans jamais rien trouver...
"Chaos always wins because it is better organized", Terry Pratchett

Répondre